Collier de dressage, les vétérinaires dénoncent les mauvaises utilisations !

Le collier de dressage est dorénavant un accessoire courant dans l’éducation d’un animal. Nous n’avons de cesse de vanter ses mérites sur ce site, tout en mettant en garde sur les utilisations malencontreuses qui feraient mal au chien et ne favoriseraient pas ses apprentissages.

Aujourd’hui, nous avons interrogé pour cet article plusieurs vétérinaires professionnels. Ils nous rappellent les dérives engendrées par de mauvaises utilisations.

Nous vous rappelons que si vous doutez sur les bonnes méthodes avec un collier, vous pouvez appeler un service vétérinaire en ligne qui pourra lever vos craintes en quelques minutes.

Collier utilisé avec un chien trop jeune

Le collier de dressage n’est pas la réponse à donner à un chiot qui commet un acte interdit. Pascal, vétérinaire dans l’Oise, est surpris des méthodes de certains maîtres :

« J’ai déjà vu des clients arriver avec un chiot d’à peine deux mois qui portait un collier de dressage. Ils étaient étonnés du manque d’affinités créées avec leur toutou. Or, c’est simple : le chien avait peur de tout ! Il avait constamment la crainte de recevoir une décharge et il voyait tout le monde comme de possibles dangers. J’ai aussitôt demandé d’enlever le collier et d’attendre qu’il ait au moins 6 mois avant de le remettre. »

un gros chien marchant sur la plage avec un collier de dressage

Des stimulations trop fortes pour l’animal

Nous ne rappellerons jamais assez que les stimulations doivent être adaptées au caractère et au physique du chien. L’objectif est d’obtenir le niveau le plus bas auquel il répond afin d’éviter les douleurs. Le Dr Jeanne Louveneau, qui est déjà intervenu sur un autre article sur les avis de vétérinaire sur le collier, a plusieurs conseils sur le sujet :

« Selon moi, il ne faut pas mettre un collier à un chien trop jeune (avant 6 mois) et à un petit chien. Un corps de quelques kilos reçoit une intensité très forte quand on lui envoie une stimulation électrostatique, qu’importe le niveau choisi. De plus, le maître peut utiliser d’autres recours pour un chien de ce gabarit. Autant je comprends qu’il soit nécessaire d’alerter un gros chien de 50 kg qui tire et risque de vous faire tomber, autant une bonne poigne et une voix forte suffisent pour un petit chien. »

Pour compléter les propos du docteur, nous vous conseillons de vous pencher sur les colliers de dressage qui envoient des stimulations sonores ou des jets de spray à la place des stimulations électrostatiques. Les premières ont d’excellents résultats. Parfois, il suffit d’envoyer deux ou trois vrais avertissements précédés d’un son avant de basculer uniquement sur le sonore car votre animal aura compris ce qu’il signifiait.

Absence d’empathie du maître

Une bonne éducation, qu’elle concerne un enfant ou un animal, ne peut être concentrée sur la punition. Au préalable, il est nécessaire de comprendre pourquoi le chien agit comme cela. C’est d’ailleurs l’une des plus grandes critiques émises par les comportementalistes canins : le collier punit, il ne fait pas l’effort de comprendre.

Le Dr Auréle Lévy, basé en région parisienne, est d’accord avec les comportementalistes, même s’il conçoit que les colliers ont des avantages certains :

« Pour commencer, je ne suis pas contre le collier de dressage. Je suis même pour quand il est utilisé intelligemment et évite des dangers possiblement fatals. Toutefois, il ne remplace pas le maître. Je vois parfois dans la salle d’attente des maîtres l’actionner car le chien tire, alors que le toutou cherche simplement à sentir les odeurs de ses congénères passés avant. Il est primordial de faire un effort d’empathie.

Punissez les comportements répréhensibles et avertissez des dangers. Pour les autres besoins, les ordres verbaux ou même des permissions (ex : que ferait de mal un chien qui utilise son museau dans une salle d’attente ?) sont la clé.

De plus, je tiens à rappeler l’importance d’avoir de bons outils comme les colliers Canicom ou Petsafe. Jetez vos matériels chinois à vingt balles qui balancent des décharges incontrôlables et extrêmement douloureuses. Le collier ne doit pas être un accessoire où l’objectif est de réaliser des économies lors de l’achat. »

Un collier ne remplace pas l’autorité du maître

La méthode de dressage consistant à penser qu’il faut constamment rappeler au chien qui est le maître est désuète pour 90% des chiens. De nature soumise et fidèle à leur maître, ils n’ont pas le souhait secret de monter sur vous durant votre sommeil et d’y pavaner comme un roi sur son trône.

collier de dressage doit être compris par le chien

Cependant, votre autorité doit être affirmée très rapidement après l’adoption du chien et pendant les premières années. Elles sont décisives. Une erreur consiste à acheter un collier de dressage en pensant que ce sera lui qui va générer cette autorité. Le Dr Olowski Piotr, qui officie à Lille, prévient :

« On pourrait résumer ainsi : le maître est le professeur qui dicte les bons comportements, le collier est une heure de colle en cas de non-respect des consignes. Chaque envoi de stimulation doit s’accompagner d’un ordre clair, sinon, comment voulez-vous que le chien comprenne ce qu’il fait de mal ?

Sans cela, vous risquez d’obtenir un chien craintif qui a peur de recevoir une stimulation et quand cela arrive, ne sait pas pourquoi. Signifier l’interdiction est également le meilleur moyen de rendre le collier d’éducation inutile à moyen terme. Il saisit ce qui est permis et ce qui ne l’est pas et si une bêtise se rapproche, votre ordre oral sera souvent plus respecté. »